Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Touch Moments
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look
Beauty League Awards

La petite robe noire, histoire d'un indémodable

"Une petite robe noire est un élément essentiel de la garde-robe d'une femme", confiait Christian Dior à propos de ce classique créé par Gabrielle Chanel au milieu des années 20. Simplissime, flirtant avec l'austérité des uniformes de couvent, la sobriété de la petite robe noire surprend une époque prisonnière des corsets et assaillie de fanfreluches. Après avoir traversé les époques, la petite robe noire est aujourd'hui devenue le basique de toutes les femmes, le pilier de toutes les garde-robes, le passage obligé de toutes les collections. Retour sur l'histoire d'un incontournable.

 

Sa création, une démarche sobre et audacieuse

C'est pendant l'entre-deux guerres, quelques années après le lancement du célèbre parfum N°5, que Gabrielle Chanel crée sa pièce fétiche et désormais incontournable : la petite robe noire. La démarche se voulait audacieuse et inédite dans une société encore hantée par la violence de la Grande Guerre, où le noir symbolisait la triste couleur du deuil. Mais en 1926, Coco Chanel qui refuse les froufrous, corsets, breloques et autres fioritures, préfère s'inspirer de l'austère uniforme qu'elle portait enfant à l'orphelinat.

La robe noire originelle de Chanel tombe comme un simple fourreau de crêpe, encolure ras-du-cou et longueur aux genoux. Débarrassée des apparats de l'époque, sans bouton, drapé, plissé, ni la moindre frange, elle naît dépouillée et simplifiée à son paroxysme. Contre toutes attentes, la petite robe noire de Chanel se voit croquée dans le Vogue France la même année, saluée par toutes les critiques et fait un véritable triomphe. Baptisée "la Ford de Chanel" en présage de son immense succès planétaire, elle sera déclinée à l'envie par la créatrice, mais aussi par une panoplie de ses contemporains et successeurs qui vont la copier, détourner, raccourcir, cintrer, gonfler, ajuster...

Sa spécificité, un chic intemporel

Courte, sobre et simple, la petite robe noire n'a pas de code particulier si ce n'est l'exigence d'une coupe parfaite. Loin de se cantonner à l'uniforme de la bourgeoise, la petite robe noire change de look et de fonction selon les accessoires qui l'habillent. Simple et classique en journée, chic pour briller en société, vénéneuse pour les cocktails les plus chic, la petite robe noire s'adapte aux convenances de son charme naturel. Elle se transforme au gré des accessoires qui l'habillent et déploie une multitudes de nuances.

"En créant la petite robe noire, Coco Chanel a créé un style. Elle exacerbe la féminité, elle incarne la quintessence du chic parisien. Aujourd'hui, comme depuis toujours, elle se porte avec chic et désinvolture", confie Didier Ludot créateur de la griffe La petite robe noire. Car la sobriété de sa coupe et de sa couleur reste l'arme parfaite des femmes qui font de la simplicité une élégance ultime.

Ses époques, métamorphoses d'un style

Classique, la petite robe noire a le don magique et garant de succès, dans le cycle des tendances qu'est l'histoire de la mode, de s'adapter parfaitement à son temps pour mieux traverser les époques. Garçonne pendant les Années Folles, fatale dans les années 30, ultra sexy et glamour dans les années 50, elle devient résolument rock dans les années 80 avec Azzedine Alaïa qui la décline en fourreau de maille, habillée d'un zip comme un tourbillon autour de la silhouette.

Aujourd'hui la petite robe noire joue le jeu moderne du mix&match, sied aussi bien aux punkettes qu'aux first lady, se joue des matières et des accessoires, se porte avec une paire de Dr Martens ou des escarpins Louboutin , sous une chemise tartan ou une veste en jean, avec une croix gothique ou un collier de perles...

Un classique revisité

Directeur artistique de la maison Chanel, Karl Lagerfeld n'hésite pas à revisiter la petite robe noire créée il y a presque un siècle par Coco. Plastique chic, dentelle et taffetas, boutonnée, col claudine ou en mailles extra larges, le "Kaiser" de la mode la réinvente à chaque saison et a célébré les 80 ans de sa création lors de sa collection printemps-été 2007. Basique du vestiaire féminin, la petite robe noire est devenue un exercice style pour les créateurs, le passage obligé de toutes les collections.

Elle se laisse modeler par les coups de ciseaux et d'aiguilles de chaque styliste pour refléter leur univers. Futuriste chez Mugler , elle devient excentrique chez Galliano , élégante et ultra féminine chez Lanvin, elle se vampirise chez Nicolas Ghesquière , piquante et graphique pour la collection Balenciaga Automne-Hiver 2008-2009, hommage aux Diaboliques d'Henri Georges Clouzot. Viktor & Rolf surfent sur l'intemporalité de cette pièce culte en lançant Viktor & Rolf Black Dress , une collection capsule de petites robes noires pour la saison Printemps-Eté 2010: "Le résultat peut-être fluide, structuré ou brodé ; mais toujours avec allure", précise le duo de créateurs.

La star de la mode

Sur les tapis rouges, pendue aux plus belles épaules des stars de cinéma, la petite robe noire est sans conteste la star de la mode. Le 7ème Art l'a immortalisée dans des films de légendes : on pense à Catherine Deneuve en robe de nuit griffée Yves Saint Laurent dans Belle de Jour de Luis Bunuel, à la sublime Audrey Hepburn en Givenchy dans Breakfast at Tiffany's de Black Edwards, à Rita Hayworth dans Gilda de Charles Vidor ou encore à Jeanne Moreau dans les Liaison dangereuses de Roger Vadim. Emblème du chic parisien, elle est adoptée par Edith Piaf, Juliette Greco, Romy Schneider et passe les frontières pour séduire Jackie Kennedy ou encore Marlene Dietrich.

Aujourd'hui, on ne compte plus ses passages sur le red carpet, adoptée par Michelle Obama à la maison blanche ou une Taylor Momsen délurée, la petite robe noire a définitivement séduit les dressings de toutes les générations. "On ne s'habille pas pour éblouir les autres femmes ou pour les embêter. On s'habille pour se dé-shabiller. Une robe n'a de sens que si un homme a envie de vous l'enlever, je dis bien l'enlever, pas l'arracher en hurlant d'horreur", écrivait Françoise Sagan dans un article pour Vogue en 1969, paru dans un recueil de textes sur la mode signés de sa main et publié sous le titre La Petite Robe noire, aux éditions de L'Herne.


Marie Varroud-Vial