Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Touch Moments
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look
Beauty League Awards

Rencontre avec Wong Kar Wai, in the mood for gloss...

Rencontre avec Wong Kar Wai
Rencontre avec Wong Kar Wai

Pleins fards sur le 7ème art. Wong Kar Wai, le célèbre réalisateur hongkongais, collabore avec la marque de cosmétiques Shu Uemura pour une collection Noël de fards, de rouges, de mascaras, de pigments qui reprennent les codes esthétiques de ses films.

"My Blueberry Night" à appliquer sur la peau, ou encore le rouge du célèbre "In the Mood for Love" à embrasser du bout des lèvres... Le réalisateur nous maquille la bouche avant de nous faire un baiser de cinéma.

Wong Kar Wai a pour l'occasion réalisé un court métrage, baptisé "Mask". Trois minutes dans lesquelles il dévoile sa perspective unique de la féminité. "Mask" est une ode à la femme ponctué d'un halo rouge et bleu. Ce court-métrage sera dévoilé en avant-première sur Puretrend le 15 octobre.

Puretrend a posé des questions au réalisateur. Rencontre.

 


Comment avez-vous réagi à l'annonce d'une collaboration avec Shu Uemura ?

J'ai été sollicité pendant le tournage du film d'arts martiaux "The Grandmasters" et j'étais donc ravi de faire une pause pour travailler sur un projet contemporain entièrement tourné vers le concept de beauté.


Comment s'est passé ce projet avec une marque de cosmétiques, par comparaison avec vos autres collaborations ? Avez-vous observé des différences notables, rencontré des difficultés ou éprouvé un plaisir particulier ?

J'aime travailler au contact d'individus et de marques qui savent apprécier l'art et la perfection. Shu Uemura en fait partie.

 

Votre film est inspiré du poème de Charles Bukowski "Brûler dans l'eau, se noyer dans les flammes", incarné par le thème du rouge et du bleu. Comment cette idée vous est-elle venue ?

Ce poème de Charles Bukowski est un paradoxe. Mon film explore cette contradiction de la passion. J'ai pensé que le contraste du rouge et du bleu, qui traduit l'opposition entre le chaud et le froid, était idéal.

 

Qu'avez-vous souhaité exprimer dans ce court-métrage ?

J'ai voulu faire passer un message célébrant la vie, porteur d'énergie positive.

 

Comment s'est passé le tournage ?

Il s'est déroulé sur deux journées très intenses. J'étais assisté de mon équipe habituelle, composée d'individus très talentueux et d'un naturel très gai.

 

Selon vous, à quoi correspond un état d'esprit rouge et bleu animé par la chaleur de la passion et baignant dans un océan de sérénité ?

C'est un état très fugitif mais qui fait tout le sel de la vie, celui auquel nous aspirons tous.

 

Le masque et les paillettes semblent être des éléments clés dans ce film : que symbolisent-ils ? Quel rôle jouent-ils dans le court-métrage et quel est leur lien avec le rouge et le bleu ?

Le masque symbolise l'univers des possibles : il nous libère de l'image que nous avons de nous-même en nous permettant de laisser libre cours à notre imagination.

 

Quel type de beauté féminine avez-vous souhaité exprimer dans ce film ?

Mystérieuse, passionnée, victorieuse, à l'instar de l'équipe de soccer de Nadeshiko.

 

Comment s'est déroulé le casting ? Quel type de femme imaginiez-vous à la base ?

Sandrine est une jeune actrice dont le talent a déjà été primé. Quand le projet Shu Uemura a vu le jour, j'ai tout de suite su que ce rôle était pour elle, dont la beauté exprime la dualité et l'exubérance de la jeunesse.

 

Que pensez-vous de la collection Shu Uemura dédiée aux fêtes de fin d'année ?

J'éprouve toujours beaucoup de plaisir à voir un concept devenir réalité, surtout quand il s'appuie sur des couleurs d'une telle splendeur.

 

Qu'avez-vous pensé de votre collaboration avec M. Uchiide, le directeur artistique de la marque ?

 

J'aime les gens mus par une passion comme M. Uchiide. Nous avons tous deux beaucoup aimé jouer en expérimentant nos idées. Il bouillonnait de concepts innovants, comme le mot "LOVE", qu'il a dessiné sur les lèvres de Sandrine.

 

Quelle est votre image de Noël ?

La célébration. Il y a quelques années, j'ai passé Noël à Buenos Aires à l'occasion d'un tournage. En Amérique du Sud, le mois de décembre est au milieu de l'été. Les habitants découpent des flocons de neige dans du papier blanc, qu'ils jettent depuis leurs fenêtres pour célébrer la blancheur de Noël.

 

Où puisez-vous l'inspiration de vos films ? Que trouvez-vous le plus excitant ?

Je trouve mon inspiration dans la création, que j'envisage à la manière d'un voyage.

 

 

Monia Kashmire