Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look
Derniers articles
Biographie
Né le 7 janvier 1927, à Reggio Emilia (Italie), Achille Maramotti grandit entre son père, professeur de littérature (prématurément décédé en 1939) et sa mère, Giulia Fontanesi Maramotti, passionnée de coupe et de confection. Giulia Maramotti a hérité sa passion de sa grand-mère, Marina Rinaldi , propriétaire et dirigeante d'un important atelier de confection à Reggio Emilia, en 1850. Dès 1925, elle enseigne la couture et la présentation des modèles, puis crée une école de couture. Elle publie également des livres sur la coupe des modèles.
L'enfance et l'adolescence d'Achille Maramotti sont rythmées par l'activité et la ferveur de sa mère, comme par les livres.
Alors qu'il étudie le droit à l'université de Parme, pour devenir avocat, il abandonne le domaine juridique pour sa passion : la mode. Dès l'âge de 20 ans, il crée des vêtements et travaille pour un confectionneur d'imperméables suisse.
A la fin des années 40, en Italie, seule la confection sur mesure est signe de qualité, et, en ces temps difficiles d'après-guerre, peu de femmes peuvent se l'offrir. Achille Maramotti veut aller à l'encontre de cette tendance et proposer du prêt-à-porter femme moderne, de qualité et à des prix abordables. Pour y parvenir, il a la brillante idée de s'inspirer du ready-to-wear industriel américain des années 30 pour la fabrication de modèles de couturiers français, à partir de patrons commercialisés en Italie.
En 1951, il se lance véritablement, fonde sa maison de couture, et crée sa propre marque " Max Mara ".
Sa première collection comporte uniquement un manteau et un tailleur. Pour la commercialisation de ses créations, il a l'idée novatrice de louer des espaces dans les boutiques de fabricants locaux et de profiter ainsi de leurs vitrines pour mettre en avant sa marque et ses modèles. Ses premières créations succitent un intétêt, et le succès se confirme avec les collections suivantes.
Passionné par la mode française, Achille Maramotti se rend souvent à Paris pour admirer les créations des grands couturiers, et s'en inspire pour ses collections successives suivantes.
Fort de son succès et devant l'engouement des italiennes pour sa marque, il ouvre plusieurs boutiques en Italie, puis s'implante progressivement en Europe.

Souhaitant étoffer ses collections de véritables créations originales, il fait, alors appel à de jeunes stylistes talentueux. De futurs grands noms du stylisme dessinent pour lui anonymement. Emmanuelle Khahn, Karl Lagerfeld , Anne-Marie Beretta, Jean-Charles de Castelbajac , Guy Paulin, Franco Moschino , Narciso Rodriguez , Nanni Strada, Luciano Soprani ou encore Dolce & Gabbana ont successivement apporté leur touche créative.

Ainsi, en automne-hiver 1981, Achille Maramotti lance-t-il un manteau couleur camel, mi-cachemire mi-laine grattée, inédit. Dessiné par la styliste française Anne-Marie Berretta, ce manteau doté de larges épaules, de manches kimono et croisé tel un costume masculin est conçu pour répondre aux besoins des femmes actives. Il élargit la carrure féminine et s'enfile aisément sur un tailleur. Contre toute attente, ce nouveau modèle, remporte un succès fulgurant tant auprès de célébrités (Isabella Rosselini, la reine Sofia d'Espagne, Glenn Glose,...) que du grand public et devient un produit mode. Le "101 801" est le manteau le plus vendu au monde et toujours d'actualité.

Pour ses campagnes publicitaires, Achille Maramotti choisit les meilleurs photographes (Sarah Moon , Richard Avedon, Peter Lindbergh , Steven Meisel , Inez van Lamsweerde,...) et les plus célèbres mannequins (Christy Turlington, Carla Bruni ,...)

Toujours soucieux d'offrir du prêt-à-porter répondant aux besoins de toutes les femmes, Achille Maramotti développe l'activité de son entreprise en créant de nouvelles marques. Max Mara est rejoint par Sportmax (créée en 1969), Max & Co, Marina Rinaldi (créé en 1980, en hommage à son arrière-grand-mère, offre du PAP moderne et élégant en taille 42 et +), Marella , I Blues , Pennyblack (crée en 1978),... Début 2005, son groupe compte 20 marques différentes.

Souhaitant accroître sa présence en Italie et à l'international, Achille Maramotti opte pour la création d'un premier réseau de magasins sous franchise. En 1986, la première boutique franchisée Max Mara ouvre ses portes en Italie. Par la suite, chacune de ses marques Sportmax, Max & Co, Marina Rinaldi, Marella et Pennyblack, sera dotée d'un réseau propre.

En 1989, Achille Maramotti prend sa retraite, mais poursuit ses activités bancaires. En effet, parallèlement au monde de la mode, Achille Maramotti s'intéresse à la finance. En 1952, à 25 ans, il investit dans une banque, qu'il finit par rachèter. Plus tard, il acquiert deux autres banques. Début 2005, il est encore vice-président de la Credito Emiliano et directeur de Unicredito Italiano et Mediobank.
Il s'engage également dans un domaine complètement différent mais propre à sa région de la vallée du Po : le parmesan. Avec l'acquisition d'un troupeau de vaches, il se lance dans la production de ce fromage.

Achille Maramotti conjugue aussi sa passion de la mode avec celle de l'art contemporain. Au début des années 50, il acquiert sa première oeuvre d'art : une peinture abstraite d'Alberto Burri. Toute sa vie durant, il achète de nouvelles oeuvres, jusqu'à constituer une collection impressionnante de 600 pièces d'artistes, tels Anselm Kiefer, Giorgio Morandi, Eric Fischl...
Il s'éprend également d'art ancien. Sa demeure est un château du XIIIe siècle. Et il n'hésite pas à faire appel aux meilleurs spécialistes pour faire restaurer des oeuvres uniques, telles les peintures de Carrache (XVIIe) dans la basilique Della Ghiara de Reggio Emilia, ou une peinture anonyme du XVIe, découverte dans l'une de ses boutiques de Florence.

Le 12 janvier 2005, Achille Maramotti décède à l'âge de 78 ans, à Albinea. Quatrième fortune italienne (selon le magazine Forbes), il lègue à ses enfants, Luigi (nommé p.-d.g.), Ignazio et Maria Ludovica Maramotti, un groupe de mode florissant, trois banques, une fabrique de parmesan et une impressionnante collection d'oeuvres d'art.

Naissance : Le 7 Janvier 1927

Décès : Le 12 Janvier 2005

Métier : Fondateur

Signe astrologique : Capricorne

Ville : Reggio Emilia, Italie

Photos