Accueil
Mode
Street Style
La petite robe noire
Beauté
Maquillage
Soins
Bien-être
Coiffure
Coiffure de star
Coiffure afro
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Sélection
Fashion Week
Défilés
Pop culture
Cinéma
Séries
Musique
Société
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look
Boutique Dim

FRANCE

9 rue de l'Hôtel de Ville
Albi
05 63 38 11 05

C.C. Carré de Soie
1 avenue de Bohlen
Lyon
04 78 52 81 72

1 ter rue des Louviers
St Germain-en-Laye
01 45 20 67 39

15 parvis de la Défense
La Défense
01 40 81 03 03

38 rue de Passy
Paris 16ème
01 45 20 67 39

 

La marque DIM est présente dans tout le réseau de distribution français : les magasins spécialisés, les supermarchés et hypermarchés et les grands magasins, tels que le Printemps , les Galeries Lafayette ou le BHV.

Derniers articles
Dim présente Baya Rehaz, la fille bien culottée de sa web-serie (exclu)
le 11 Janvier 2016 à 18:30
Dim présente Baya Rehaz, la fille bien culottée de sa web-serie (exclu)
Dim présente sa première websérie. Écrite et réalisée par Baya Rehaz...
Scarlett Johansson, Gemma Arterton... 5 secrets de stars pour sublimer ses courbes
le 03 Décembre 2012 à 09:30
Scarlett Johansson, Gemma Arterton... 5 secrets de stars pour sublimer ses courbes
Avoir des courbes, c'est bien. Les sublimer, c'est un art. Coachées par des stylistes , les stars sont les...
Sélection e-shopping : opération collants !
le 13 Octobre 2011 à 12:45
Sélection e-shopping : opération collants !
Une simple recherche, et de sites en e-shops, on s'engouffre dans les méandres du net. Pas de panique !...
Dim : une saga pas sage
le 09 Décembre 2010 à 13:33
Dim : une saga pas sage
Vingt cinq ans ou presque que le Dim Up, le bas qui ne descend pas, fait toujours monter la tête des hommes....
Histoire

CHRONOLOGIE

1958 : Création du Bas Dimanche
1965 : La marque Dimanche devient Dim
1968 : Lancement des collants "Tels Quels"
1973 : Rachat de Dim par le groupe Bic
1975 : Lancement des collants "Dim Slip" et des chaussettes "Dimettes". Première collection de lingerie en coton
1986 : Lancement des "Dim Up" et des "Pocket Dim". Lancement des sous-vêtements Dim homme
1989 : Rachat de Dim par le groupe américain Sara Lee
1993 : Apparition des collants "Ventre Plat"
2001 : Lancement du soutiens-gorge "Body Touch", sans fil ni couture
2006 : Les "Dim Up" ont 20 ans. Lancement d'une ligne de maquillage
Rachat de Dim par Sun Capital Partners (groupe DBApparel)
2007 : Lancement de la lingerie "Dim Osmose"
2008 : Les 50 ans de Dim
Première collection de maillots de bain femme
Lancement d'une ligne de chaussures d'intérieur, "DimIn"
2009 : Première collection de maillot de bain homme

 

HISTOIRE

Ingénieur agronome, Bernard Giberstein fonde sa société de tissage à Troyes en 1953. Visionnaire, il anticipe l'utilisation croissante du nylon, nouvelle fibre américaine, en remplacement de la soie. Il lance en 1958 ses premiers "Bas Dimanche" vendus à l'unité : "des bas chics et pas chers" pour que les jambes des femmes aient "tous les jours un air de fête". Le succès est fulgurant et dès 1962 avec les bas sans couture, la marque acquiert 25% du marché français du bas. En 1965, Marcel Bleustein-Blanchet, président de Publicis, conseille à Bernard Giberstein de "laisser tomber le manche" : Dim voit le jour. Un an plus tard, Dim innove avec le 3ème bas de secours et la vente en "chapelet", soit 10 bas pour 10 Francs.

En 1967, Dim lance ses bas "Tels Quels", sans repassage ni apprêt, dans un emballage inédit: un cube de carton dans lequel est enroulé une paire de bas avec une petite fenêtre permettant de voir le produit. En 1968 Dim révolutionne le marché français avec ses premiers collants "Tels Quels" à 5 Francs, complètés par une gamme opaque et colorisée en 1969. Les femmes françaises adoptent la mini jupe et les collants Dim.

Soutenu par des campagnes publicitaires fraîches, dynamiques et sexy, les collants Dim conquièrent la planète féminine. Ainsi, en 1970, Dim est le deuxième fabricant mondial de collants avec 65% de son chiffre d'affaires réalisé hors Europe. Les années 70 s'annoncent prometteuses et diversifiées avec le lancement des "Non Stop de Dim" (finit les démarcations, les collants peuvent se porter avec un short), des premiers sous-vêtements féminins, de sa gamme "Lily Dim" pour les fillettes et des chaussettes en coton.

Mais en 1973, avec le retour du pantalon et la fin des mini jupes, le marché du collant chute. La marque Dim est rachetée par le groupe français Bic, bientôt rejointe par la griffe Rosy, spécialiste du soutien-gorge (revendue en 1999). Malgré tout, les innovations se poursuivent avec l'apparition de la maille variable permettant une extensibilité accrue pour des collants " Plats devant, ronds derrière " et d'un petit sac en maille protecteur dans lequel sont enroulés chaque paire de collants.

En 1975, Bernard Giberstein quitte la société et décède un an plus tard. Mais le génie créateur, insufflé par le fondateur, continu à dynamiser la marque. Dim lance ses " Dim Slip", ses chaussettes "Dimettes" (des chaussettes multimailles), sa première collection de lingerie 100% coton (colorée et lavable en machine), des soutiens-gorge pour jeunes filles puis des slips et des chaussettes pour homme. La diversification se poursuit avec des collants hauts de gamme "doux super fins", des chaussettes "tube" en coton et en laine, le soutien-gorge "Bien galbé" et une nouvelle gamme de collants fantaisies.

Début des années 80, la marque française décide de renforcer sa présence sur le marché nord américain (Etats-Unis et Canada) puis rachète la marque de collants, Chesterfield. En 1986, Dim lance un produit inédit : le "Dim Up", un bas qui tient tout seul, sans porte-jarretelles. Le succès est tellement phénomènal que la production perd en qualité : les "Dim Up" commencent à tomber sur les chevilles.

Face aux critiques, la marque persévère et corrige ce défaut. Dim réussit son pari et relance la mode du bas: en une année, 12 millions de paires sont vendues. Parallèlement, Dim lance une véritable ligne de sous-vêtements pour hommes, des caleçons et maillots très sexy et réinvente le slip homme traditionnel avec son "Australien". La marque réveille les petites culottes pour femmes avec une collection "casual", les "Pocket Dim": 3 culottes 100% coton, dans une pochette transparente, pour tous les jours. En 1988, la marque fête ses 20 ans avec ses collants nylon-lycra "Diam's" et des soutiens-gorge en dentelle, avant d'être rachetée par le groupe américain Sara Lee en 1989.

Dans les années 90, Dim poursuit son développement avec une ligne sportswear nommée "FreeDim", les collants transparents "Sublim", "Ventre Plat", "Teint de Soleil" (un mélange nylon-polyuréthane pour un hâle naturel), les "Soutien-Up" (des soutiens-gorge à coussinets pour concurrencer Wonderbra ), les "Dim's" et les "Super Dim" (des sous-vêtements sportifs en coton-lycra pour femmes et hommes). La société rachète aussi la marque Chantal Thomass. La marque lance sa gamme "Cosmétiq Beauté": deux collants hauts de gamme, l'un hydratant ("la première crème à enfiler") et l'autre énergisant avec microcapsules mentholées et contention progressive. Mais leur prix élevé (65 Francs) et leur faible résistance après 5 lavages ne rencontrent pas le succès attendu. La marque suspend donc cette gamme.

Début des années 2000, Dim lance le "Smoothie" (un soutien-gorge légèrement transparent pour un poitrine ronde), le "Body Touch" (un soutien-gorge seconde peau, sans fil ni couture), puis un nouveau concept, le "Beautiful People" signé par deux créatrices, Isabel Marant et Vanina Vesperini pour renouveler sa gamme.

En 2003, de nouveaux collants à microcapsules relaxant ou revitalisant parfumés apparaissent, les "Dimessence", puis c'est au tour d'une nouvelle collection de sous-vêtements pour les 15-24 ans, les "D Dim".

En 2006 et 2008, la marque célèbre deux anniversaires importants: les 20 ans de ses "Dim Up" et ses 50 ans d'existence. L'année 2006 est également marquée par un changement de propriétaire. Après les groupes Bic et Sara Lee, Dim est racheté par un fond d'investissement américain, Sun Capital Partners et passe dans le groupe DBApparel, aux côtés de marques concurrentes, telles Wonderbra ou Playtex.

Parallèlement, Dim intègre le silicone dans ses soutiens-gorge "Osmose" ou dans ses "Easy Up" et complète ses gammes avec les "Perfect Dim" et les "Perfect Fit", des sous-vêtements homme et des soutiens-gorge à couture sans fils ultraplate. La marque entreprend une diversification stratégique avec le lancement de plusieurs nouvelles lignes: du maquillage, des maillots de bain pour femmes ("Sous le soleil de Dim") et des maillots de bain pour hommes ("Show Off", "Fantaisie", "Surf" et "Dynamique"). La marque signe un partenariat artistique pour une collection glam'rock de collants et leggings avec Olivia Ruiz, la jeune compositrice-interprête de "La femme chocolat".

Par ailleurs, Dim s'allie avec le fabricant Kindy, pour la production de chaussettes, avec le groupe Royer pour la fabrication et la distribution d'une nouvelle ligne de chaussures d'intérieur (ballerines et mules légères) les "Dim In" et avec le groupe Zannier, pour une collection de sous-vêtements et de vêtements de nuit pour les enfants de 0 à 16 ans.

En France, grâce à ses innovations techniques, à ses multiples campagnes publicitaires et à sa politique commerciale (première marque de lingerie entrée dans les supermarchés), Dim est devenue une marque patrimoniale, connue de toutes les générations.

Aujourd'hui, leader sur le marché français, la marque compte 6 boutiques (dotées d'un nouvel univers noir et blanc inspiré des années 60) et présente ses produits dans tous les réseaux de distribution, de la boutique multimarques spécialisée aux hypermarchés, en passant par les grands magasins tels que le Printemps, les Galeries Lafayette ou le BHV.

Dim est également implanté dans toute l'Europe, via ses filiales et à l'international par l'intermédiaire de distributeurs et d'agents. Hors Europe, la marque a conquis le continent nord-américain et le Japon.

Produits Dim
Dim, marque d'origine française, aujourd'hui filiale d'un groupe américain,
commercialise de la lingerie pour femmes, des sous-vêtements masculins, des produits chaussants (collants, bas, mi-bas, chaussettes), du prêt-à-porter sportswear, des maillots de bain hommes et femmes, des chaussures d'intérieur, et, prochainement, des sous-vêtements et vêtements de nuit pour enfants.

La marque offre des produits de qualité, simples, mais techniques et innovants, agréables à porter et sexy, pour la femme comme pour l'homme. Elle se positionne basique et haut de gamme, alliant mode et intemporalité.

Pour la femme, les dessous archaïques et misogynes laissent la place à une lingerie et des produits chaussants élégants, chatoyants, lumineux, doux à porter et sexy.

La matière originale, le fil de nylon, est tissé avec une nouvelle fibre, le lycra. Le silicone remplace les jarretelles et sculpte le corps. Les microcapsules apportent hydratation, tonus, relaxation et parfum. Les coutures thermocollées ultraplates épousent les formes.
La lingerie 100% coton est synonyme de confort, de simplicité d'entretien et de sobriété coquine.

Les couleurs proposées sont très variées et suivent les tendances mode.
Toujours à la pointe de la technologie et à l'écoute de ses clientes, Dim travaille actuellement sur un collant recyclable, du fil à l'emballage: "Symbiose", un collant écologique révolutionnaire.

Pour l'homme, les sous-vêtements sont virils, décontractés et adaptés à tous les goûts: sportif, élégant, tendance. Les slips "kangourou" sont ré-inventés et modernisés.
100% coton ou coton-lycra, avec couture normale ou couture sans fil ultraplate (technique du thermocollage), les matières sculptent les corps et épousent les formes masculines.
Les couleurs sont plutôt sobres, avec quelques flash de couleur.

 

Communication

La saga publicitaire Dim débute en 1962 avec dans le rôle principal, les bas chics et pas chers. La première campagne publicitaire reprend l'objectif premier du fondateur de la marque, Bernard Giberstein: démocratiser la mode.

A partir de 1963, la création publicitaire est confiée à l'agence Publicis. Ensemble, ils décident d'axer la publicité sur le produit. Toutes les campagnes successives mettent en valeur le produit avec fraîcheur, séduction et impertinence.

L'apparition de la publicité télévisée en 1968, offre à Dim un nouveau moyen de communication. La réalisation du premier spot publicitaire télé est confié à un jeune prometteur, Just Jaeckin (réalisateur d'"Emmanuelle" en 1974). En fond sonore a été choisi la musique de "Dim Dam Dom"... Cette mélodie correspond bien à l'image de la marque. Mais pour des raisons de droit d'auteur, Dim doit renoncer à ce titre musical.

En 1970, la réalisation d'un nouveau film publicitaire est assurée par Yvon-Marie Coulais. Filmant des jeunes filles vêtues de collants de couleur, courant dans le désert marocain, il pense à la musique du western "Pendez-moi haut et court", composée par Lalo Schiffrin, "The Fox". Les 6 notes du compositeur argentin sont adoptées, et deviennent l'identité sonore de Dim. Depuis cette date, Dim est indissociablement liée à cette mélodie, ré-orchestrée près de 25 fois. Sur l'air "ta-ta-ta-ta ta-ta"..., la femme Dim s'active gaiement séduisante et impertinente.

Au fil des années, l'étroite collaboration Dim-Publicis va permettre le lancement de campagnes publicitaires mémorables réalisées par les plus grands photographes et metteurs en scène de l'agence: William Klein, Alain Franchet, Adrian Lyne, Tony et Ridley Scott, Claude Miller, Luc Besson, Diane Kurys, Chico Bialas ("Dim Up" en 1986), Jean-Paul Rappeneau, Jean-Paul Goude ("Diam's" en 1989), Jean-Baptiste Mondino, Arthur Elgorth, Peter Lindbergh ("Sublim" en 1991), Bettina Rheims ("Absolu" en 2000), Pierluca de Carlo ("Body Touch" en 2002)... Ces mêmes publicités sont utilisées en Europe, aux Etats-Unis et au Canada.

En 2007, pour le lancement du soutien-gorge siliconé "Osmose", Jean-Paul Goude propose un univers symbolique en réécrivant "La Belle et la Bête". Il s'inspire du cirque et affiche une "féroce" dompteuse-trapéziste victorieuse d'un tigre, valorisant ainsi la femme.

Chaque campagne affiche également une signature percutante, un slogan humoristique tel que: "Le collant c'est Dim" ou "Dim, c'est aussi la mode en collant" en 1969. "Vos pieds rêvent de Dim pour lui" en 1972, En Dim, vous êtes libre, vous êtes belle" en 1974, "T'as été voir le dernier Dim ?" en 1981, "Dim, tu es drôlement culottée !" en 1984, "Tant qu'il y aura des Dim" en 1985, "Vite j'ai des fourmis dans les Dim !", "Prends tes Dim à ton cou !", "Très mâle. Très bien." "Ça va faire mâle" en 1987, Le plus beau Dim c'est vous" en 1994 ou "Dim dit tout de vous" en 2007.

Parallèlement à ses campagnes publicitaires télé, cinéma, presse et affichage, la marque s'intéresse à Internet.

En 2005, Dim essaye le teasing Internet pour lancer sa nouvelle gamme "D Dim" (sous-vêtements destinés au 15-24 ans). Pour la première fois, Dim renonce au spot TV et à sa mélodie mythique et communique via un " ake site" (site Internet "canular" lancé le 1er avril), nommé "d-taikitu.com", des bannières sur les sites fréquentés par les 15-24 ans et du marketing de rue (affichage "sauvage" dans 5 grandes villes de France, et distribution de prospectus dans les lieux branchés). Les jeunes sont invités à créer leur avatar en piochant dans une garde-robe mode incroyable. Le 10 mai suivant le site est renommé "d-dim.com" et les meilleurs look sont récompensés. Un casting photo est organisé chez Lafayette VO et dans un bus en province (tournée relayée sur NRJ) et les gagnants participent à une campagne de cartes postales. Ainsi, Dim innove en utilisant le web et en communiquant avec un humour décalé.

En 2006, pour les 20 ans de ses bas "Dim Up", la marque lance un mouvement de libération des jambes soutenu par un mini-site canular www.liberezvosjambes.com. Un site évènementiel www.redecouvrezvos jambes.com prend le relais et fait appel à l'imagination des internautes via un concours de dessin.

En septembre 2007, pour la Coupe du Monde de rugby, de très jolies professeurs en sous-vêtements Dim expliquent les règles de ce sport sur un site Internet. La fête du ballon ovale se poursuit le 25 septembre, lors du match France-Irlande. Les caméras de TF1 filment en direct un groupe de magnifiques ferventes supportrices habillées en lingerie fine. 14 millions de téléspectateurs assistent à cette liesse légèrement dévêtue, digne d'une Technoparade. Ces images sont relayées par d'autres chaînes TV, par la presse, mais également par Internet, notament par les sites de partage de vidéos.

La France entière découvre les "Dim Dim Girls", le coup d'éclat est spectaculaire. Après menaces de sanctions par les autorités du International Rugby Board, les "Dim Dim Girls" se produisent hors tribune, dans des lieux parisiens très fréquentés tels que les Champs Elysées ou l'Hôtel de ville. La marque a généré un buzz incroyable. Dim n'aurait pas pu rêver mieux comme campagne publicitaire.

En 2008, les "Beautiful Days" (opération marketing annuelle lancée dès mars 2003) proposent aux internautes un quizz sur le thème des "Parisiennes" via le site www.dim-privileges.fr. Cette même année, un mini-site internet relaye les campagnes publicitaires "Sublim" et "Dim Up" et propose des vidéos d'une chroniqueuse de mode, Daphné Burki.

En combinant différents médias de communication (TV-Web-Print-Street Marketing), Dim assure le lancement de ses nouveaux produits et conquiert le marché en un temps record.

Top Articles
Dim : une saga pas sage
le 09 Décembre 2010 à 13:33
Dim : une saga pas sage
Vingt cinq ans ou presque que le Dim Up, le bas qui ne descend pas, fait toujours monter la tête des hommes....
Scarlett Johansson, Gemma Arterton... 5 secrets de stars pour sublimer ses courbes
le 03 Décembre 2012 à 09:30
Scarlett Johansson, Gemma Arterton... 5 secrets de stars pour sublimer ses courbes
Avoir des courbes, c'est bien. Les sublimer, c'est un art. Coachées par des stylistes , les stars sont les...
La rédaction de PureTrend a testé les nouveaux collants DIM
le 20 Octobre 2010 à 09:55
La rédaction de PureTrend a testé les nouveaux collants DIM
Les premiers frimas de l'hiver se font sentir, et la jambe nue se fait plus rare. Les températures qui...
Dim présente Baya Rehaz, la fille bien culottée de sa web-serie (exclu)
le 11 Janvier 2016 à 18:30
Dim présente Baya Rehaz, la fille bien culottée de sa web-serie (exclu)
Dim présente sa première websérie. Écrite et réalisée par Baya Rehaz...
Sélection e-shopping : opération collants !
le 13 Octobre 2011 à 12:45
Sélection e-shopping : opération collants !
Une simple recherche, et de sites en e-shops, on s'engouffre dans les méandres du net. Pas de panique !...