Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Une mannequin répond à ceux qui trouvent que les poils ne sont pas "féminins"

.

S'il y a bien un sujet qui divise, c'est celui de la non-épilation. Une démarche souvent militante remise en cause par certain(e)s comme étant peu hygiènique ou encore comme n'étant pas "féminine". Face à l'intolérance et aux jugements, Rain Dove, mannequin genderfluid (qui ne se revendique d'aucun genre) a décidé de répondre avec un discours positif et bienveillant.

C'est avec des mots justes et en prônant l'amour de soi que Rain Dove s'est exprimé sur le sujet de l'épilation ou plutôt celui de la non-épilation. Dans son viseur ? Ceux qui trouvent que le fait de ne pas s'épiler n'est pas très "féminin".

Dans une mini-vidéo postée sur Instagram, le mannequin s'amuse des stéréotypes de genre et déclare : "Quand les gens vous disent que vos poils ne sont pas féminins et que vous devez vous épiler pour être beaux, voici ce qu'il faut retenir : on peut penser que si nous ne suivons pas les diktats, nous allons nous retrouver seule. Mais il y a 7,4 milliards de personnes sur cette planète, soit beaucoup de chances que quelqu'un vous aime pour vous... Que vous soyez non-épilée ou glabre, vous ne devriez pas vous sentir laide pour ça. C'est une question de liberté."

Car le mannequin l'a bien compris, il ne s'agit pas là d'obliger ou de pointer du doigt celles qui souhaitent continuer à s'épiler, seulement de faire preuve de respect envers celles qui choisissent de bannir l'épilation. Le but de cette démarche : donner aux femmes le choix de s'épiler ou non et que dans les deux cas, mais surtout dans le second, que cela devienne tout à fait normal.

A l'heure où les stéréotypes de genre sont, petit à petit, démontés les notions de "féminité" et de "virilité" semblent bien archaïque en 2018. Ainsi, Rain Dove écrit en légende de son post : "Tout le monde n'a pas naturellement des poils sur le corps, mais ceux qui en ont (surtout les gens identifiés comme 'féminins' par la société) apprennent dès le plus jeune âge que leurs poils sont dégoûtants. Que ce n'est pas dans leur identité. Que ce n'est pas esthétique pour les autres. Que c'est quelque chose dont il faut avoir honte et enlever.".

Comme beaucoup de militant.e.s, le mannequin préfère célébrer la vie et encourager d'autres à le faire plutôt qu'à critiquer ou attaquer les femmes qui ont décidé de ne plus s'épiler. Rain Dove écrit à ce propos :

"Le fait que nous existons est un pur miracle. C'est complexe et incroyable. Le fait que nous ayons des poils sur le corps, si vous en avez, est un merveilleux mystère de la science qui nécessite une combinaison d'occurrences parfaites. Vos poils sont là pour vous protéger des rayons du soleil, de l'environnement et même des bactéries qui s'accrochent au corps en les éloignant de votre peau. C'est fonctionnel. Une partie de votre mécanique. Épilez-vous si vous aimez ça, mais faites-le pour vous et pas pour les autre. Parce que poils ou non, se sentir moche est un sentiment et non une esthétique. Le fait de se raser ou de s'épiler ne créera jamais la vraie beauté."

Les poils, un tabou au féminin

Le discours tenu par Rain Dove est plus que nécessaire quand on voit les réactions presque épidermiques et extrêmement violentes que déclenchent celles qui affichent publiquement leur choix d'arrêter de s'épiler. Quand on sait qu'Arvida Byström - égérie Adidas qui avait posé non-épilée pour une campagne - avait reçu des menaces de viol et de mort, le chemin qui mène à la tolérance semble encore long.

De même, lorsque Paris Jackson affiche ses aisselles poilues sur Instagram, c'est son hygiène qui est remise en questions. Preuve que les clichés sont tenaces alors qu'aucune preuve scientifique n'atteste qu'avoir des poils sous les aisselles ou ailleurs est moins hygiénique ni n'accentue les odeurs corporelles. Deux contre-arguments à ces clichés : les hommes, eux, ne se posent même pas la question depuis des siècles ET si l'être humain possède des poils, c'est qu'il y a une bonne raison, comme l'explique très justement Rain Dove.

Quant à comprendre pourquoi il est important de montrer publiquement (et fièrement) ses poils : c'est en accentuant la représentation de femmes qui ont fait ce choix militant que celui-ci sera accepté et deviendra tout à fait normal. Il ne faudrait pas oublier qu'il s'agit d'une lutte contre des années et des années de normalisation du corps féminin.

Héloïse Famié-Galtier

À ne pas rater