Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Touch Moments
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look
Beauty League Awards

Marilyn Monroe, du fantasme aux podiums

En 1953 dans Les hommes préfèrent les blondes, Marilyn Monroe joue les sex-symbols dans une robe fourreau décolletée jusqu'à la taille. Cousue directement sur le corps de la star, la pièce a valu à son couturier William Travilla le surnom de sex-symbol.
En 1953 dans Les hommes préfèrent les blondes, Marilyn Monroe joue les sex-symbols dans une robe fourreau décolletée jusqu'à la taille. Cousue directement sur le corps de la star, la pièce a valu à son couturier William Travilla le surnom de sex-symbol.

Icône glamour, sex-symbol, fantasme, muse... Avec le temps, la popularité de Marilyn Monroe ne semble pas s'essoufler. Mieux, elle se regonfle quand on évoque les circonstances de son décès le 5 août 1962. Une mort encore inexpliquée qui nourrit le mythe même 50 ans après.

Un mythe construit avec l'aide de William Travilla, le couturier dédié de la star. A ses côtés durant toute son ascension, il est celui qui a dessiné, entre autres, la fameuse robe blanche, la robe "Marilyn", dans "7 ans de réflexion" en 1955. Une pièce vendue aux enchères en 2011 à 4,6 millions de dollars. Une somme astronomique qui fait écho avec le monument qu'est devenue la blonde.

Beauté, littérature, cinéma mais aussi mode... Marilyn continue d'inspirer, muse multi-générations.

La mode et Marilyn
Hiver 2011 déjà, les créateurs renouaient la jupe corolle. Une tendance boostée par la vague des séries hommage aux 50's/60's : Mad Men, Pan Am et The Hour pour ne citer qu'elles. Un oeil dans le rétro qui tombe à pic à l'heure où Louis Vuitton,Prada, Dolce&Gabbana... font un bon dans le passé. Les collections sentent bon la laine de jeune fille, les jupes s'épanouissent, la crayon apporte sa sévérité, les corsets subliment les silhouettes... Place aux codes d'une époque faussement pudibonde où la femme se pomponnait à coup de houppettes bien poudrées et de rouge à lèvres carmin.

L'image de Marilyn se dessine alors peu à peu pour sortir du flou de notre imagination au début de l'année. Le Festival de Cannes annonce qu'il en fait son égérie pour sa 65e édition. Pour l'anniversaire de sa mort. Et on le comprend car Norma Jeane Mortenson de son vrai nom est plus qu'une actrice américaine. Marilyn respire la sensualité, donne envie. Une impulsion fantasmée qui laisse les femmes rêveuses. Décolletés au nombril, fendus haut sur la cuisse, bikinis rétro, capelines XXL, gants en satin de soie, ceintures à vous étrangler la taille, sequins par millier, fourrure... Sa garde-robe est plus convoitée que celle de Carrie Bradshaw. Ou presque.

Coup de pouce des créateurs, le deux pièces fifties a revu le jour cet été comme la robe plissée cintrée à la taille. Le fantasme devient réalité, les Marilyn peuvent investir les rues habillées par Elie Saab, Christian Dior, Zuhair Murad ou Alexandre Vauthier.


De Marilyn Monroe aux podiums, c'est en images sur Puretrend.

Chloé de Trogoff