Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

La robe du respect, un vêtement intelligent pour dénoncer le harcèlement

.

Et si une robe pouvait parler ? Témoigner du nombre de fois où une femme a été touchée sans son consentement durant une soirée ? Voilà une robe magique qui fait pourtant froid dans le dos. Surtout quand on sait que le vêtement en question existe vraiment...

86% des femmes brésiliennes ont été victimes de harcèlement en boîte de nuit (selon une étude de l'ONG Think Olga). Un chiffre hallucinant qui a donné lieu a une étonnante expérimentation au Brésil. Mise au point par la société Ogilvy, la "Dress for respect" (la "robe du respect" en français) a été imaginée pour comptabiliser le nombre de fois où une femme se fait toucher sans son consentement. Autrement dit, combien de mains baladeuses se sont octroyées le droit de se poser sur elle.

Commandée par la marque Schweppes pour l'une de ses campagnes prônant le droit de tous - et surtout de toutes - de faire la fête dans le respect, la fameuse robe a donc vu le jour. Composé de capteurs sensoriels disséminés un peu partout dans le tissu et monitorant la zone et l'intensité du toucher, le vêtement, qui de l'extérieur a tout l'air d'une party dress ordinaire, a pourtant une sensibilité toute particulière.

Trois jeunes femmes habillées de la robe du respect ont ensuite été envoyées la tester en boîte de nuit au cours d'une même soirée à Sao Paolo.

Particulièrement parlants, les chiffres sont ensuite tombés. En 3 heures et 47 minutes, les trois femmes ont au total été touchées de façon inappropriée 157 fois, soit environ plus de 52 fois chacune. Dans la vidéo retraçant l'expérience, on peut voir à de nombreuses les trois jeunes femmes demander aux hommes de ne pas les toucher. Pourtant, les mains continuent de se poser sur elles encore et encore.

Illustrant la triste réalité du harcèlement en 2018, cette robe a en tout cas le mérite de donner des chiffres clairs et irréfutables. Mais elle soulève également une question : faut-il attendre l'arrivée d'une robe intelligente pour prendre la parole des femmes davantage au sérieux ?

À ne pas rater