Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Jameela Jamil dénonce le fat shaming dont Khloé Kardashian a été victime

.

Sur Twitter, Jameela Jamil a commenté une story de Khloé Kardashian où cette dernière évoque son rapport à la nourriture. L'occasion pour l'actrice de "The Good Place" de dénoncer avec force le fat shaming dont la cadette des soeurs Kardashian a été longtemps victime. Un commentaire qui a eu le don de déclencher une polémique. Car, comme souvent, la dénonciation - surtout lorsqu'il s'agit des injonctions faites aux femmes - dérange. 

On en a eu la preuve avec le mouvement #MeToo entre autres, les réseaux sociaux sont un bon outil lorsqu'il s'agit de dénoncer les souffrances subies par les femmes, mais aussi, plus largement, par les minorités. Et ça, Jameela Jamil l'a bien compris. L'actrice de la série Netflix "The Good Place" a ainsi pris la parole suite à une story Instagram postée par Khloé Kardashian dans laquelle celle-ci continue de propager un cliché sexiste récurrent, ce qui a eu le don d'agacer Jameela Jamil.

Le fat shaming, un mal du siècle tenace

Sur la story de Khloé Kardashian en question, on peut lire : "2 choses que les filles veulent : 1/ mincir, 2/ manger". Un bon moyen de rappeler que les clichés liés au rapport à la nourriture et au culte de la minceur sont loin d'être abolis pour les femmes.

On peut donc comprendre la lassitude de Jameela Jamil, qui a accompagné une capture écran de cette story de cette légende : "Cela me rend triste. J'espère qu'en grandissant, ma fille souhaitera plus que ça. Je veux plus que ça. J'envoie de l'amour à cette pauvre femme. Cette industrie lui a fait du mal. Les médias y ont participé. Ils lui ont fait avoir honte de son corps. Chères toutes, NOUS VOULONS PLUS QUE CA". Des mots bien sentis à l'heure où la lutte contre les violences grossophobes continue et est plus que jamais nécessaire.

Jameela Jamil n'a pas tort de pointer du doigt le fait que, plus que toute autre chose, le texte partagé par Khloé parle plus du lien que celle-ci entretient avec son corps que des femmes en général. En effet, la plus jeune des trois soeurs Kardashian a longtemps souffert de critiques très violentes, notamment dans les médias, concernant son physique et son poids. Même sa parenté a été remise en cause, les médias sous-entendant qu'elle ne pouvait décemment pas être la soeur biologique de Kourtney et de Kim.

On se doute bien qu'un tel étalage médiatique n'est pas sans conséquences. Si on est en droit de penser que la sur-exposition des Kardashian est un choix et un business, on ne peut minimiser l'impact psychologique que cela peut entraîner malgré tout. Preuve en est la "métamorphose" de Khloé il y a quelques années, qui a minci drastiquement, s'est prise d'addiction pour le sport et pour la chirurgie esthétique. Un changement radical qui fut encensé par la presse, perçu comme une "revanche", propageant encore et toujours l'idée que minceur = réussite.

Le temps des responsabilités

C'est bien tout ce cheminement qu'a souhaité pointer du doigt Jameela Jamil. Mais comme souvent lorsque les femmes essayent de dénoncer les pressions dont elles sont victimes, les détracteurs sont au rendez-vous. Parmi eux, il y a également des femmes.

Ainsi, si certains internautes ont approuvé la remarque de l'actrice de "The Good Place", d'autres n'ont pas pu s'empêcher de contester. Mais Jameela Jamil n'avait pas dit son dernier. A celles et ceux qui l'ont accusée de voir le mal partout, elle a alors bien précisé qu'il est temps de prendre conscience que le "fat shaming" a des conséquences nocives et dangereuses, et pas seulement pour les Kardashian. Il ne faut pas oublier que ces dernières font offices de "modèles" pour de nombreuses jeunes femmes. Et si on ne leur demandera pas d'être féministes, elles ont une responsabilité indéniable sur un public jeune et en pleine construction.

Mais ce ne sont pas seulement les internautes qui se sont attaqués à Jameela Jamil suite à son tweet, les médias y sont allés de leurs petits commentaires, forçant l'actrice à se justifier. Celle-ci a alors posté sur Twitter : "Aux organes de presse qui ont déclaré que je "clashais", "dénonçais", "balançais", "taclais" Khloé dans ce tweet. Vous craignez. Vous essayez de faire paraître une femme de couleur violente et agressive alors que je n'aurais pas pu être plus empathique. Je critiquais justement l'indécence des médias".

Il faut le savoir, une femme qui dénonce aura toujours à se justifier. Chasse aux sorcières, vous dites ?

Pour rappel, ce n'est pas la première fois que Jameela Jamil s'en prend aux Kardashian. Il y a quelques temps, c'est Kim qu'elle ciblait en dénonçant l'irresponsabilité dont celle-ci faisait preuve en faisant une énième promotion de produits dits "détox".

Révoltée, elle avait alors tweeté : "Non, va te faire voir. Non, tu as une influence terrible et toxique sur les jeunes filles. Cette famille me désespère surtout quand on voit à quoi les femmes sont réduites".

Il est vrai qu'à voir le nombre d'abonnés de chacune des membres du clan Kardashian-Jenner, il serait en effet temps qu'elles prennent leurs responsabilités.

À ne pas rater