Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Il a déjà tes yeux, un film qui lutte contre les préjugés par le rire

4 photos
Lancer le diaporama

Grâce à l'humour, "Il a déjà tes yeux" de Lucien Jean-Baptiste lutte à sa façon contre les préjugés et prouve surtout que l'amour n'a pas de couleur. Une belle leçon...

Lucien Jean-Baptiste est finalement un réalisateur engagé. Bien qu'il ne mette sur pied que des comédies, il en profite toujours pour aborder des problèmes de fond. "Il a déjà tes yeux" est donc un film comique alors que le sujet qu'il aborde ne l'est pas. Au contraire, il avait même tout du casse-gueule de compétition, jugez plutôt : Paul est marié à Sali. Tout irait pour le mieux s'ils arrivaient à avoir un enfant. Jusqu'au jour où Sali reçoit l'appel qu'ils attendent depuis si longtemps : leur dossier d'adoption est approuvé. Il est adorable, il a 6 mois, il s'appelle Benjamin. Il est blond aux yeux bleus et il est blanc. Eux... sont noirs !

Des sujets forts

Quand il endosse ses habits de réalisateur, Lucien Jean-Baptiste (à qui l'on doit notamment "Première étoile") se fait une spécialité de confronter, toujours avec humour, noirs et blancs, leurs spécificités culturelles et sociologiques. Grâce au rire, il lutte à sa façon contre les préjugés raciaux et montrer que l'amour est un sentiment universel. Cette fois, il va encore plus loin en posant clairement les questions de transmission et d'héritage comme il l'explique dans une interview : "Que doit-on inculquer à nos enfants ? En les éduquant, que va-t-il rester et se perdre de ce que nous sommes, de nos racines, de notre religion, de notre tradition ?" Et quand des parents noirs adoptent un enfant blanc, on est en plein dedans d'autant plus que la situation va jusqu'à "choquer" certains employés des services sociaux qui vont essayer de démontrer que cette famille "Benetton" n'a pas d'avenir. Cela permet aussi à Lucien Jean-Baptiste de toucher à des sujets forts comme la différence et le devoir de respect envers l'autre.

Un film plein de sentiments

Si le film est une comédie, c'est parce qu'il accentue certains décalages comme l'assistante sociale qui refuse cet état de fait, non pas racisme primaire mais parce que cela peut nuire au bien de l'enfant, occultant de fait l'amour qui unit parents et bébé et harcelant le jeune couple (épatante Zabou Breitman). Le pote de Paul, blanc, complètement déphasé (incroyable Vincent Elbaz) qui ne voit pas où est le mal, la famille de Sali, attachée à ses traditions et à ses coutumes qui a elle-aussi du mal à admettre un petit-fils blanc. Pour tous, c'est le choc et chacun le dit avec ses mots et sa sensibilité. Au final, c'est l'amour qui triomphe : quelle plus belle conclusion peut-on en tirer ?

Grégory Curot