Accueil
Mode
Street Style
La petite robe noire
Sélection
Beauté
Maquillage
Soins
Bien-être
Coiffure
Coiffure de star
Coiffure afro
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Freddie Mercury : portrait d'une icône queer devenue une légende du rock

Il y a vingt-trois ans disparaissait Freddie Mercury, leader de l'un des groupes de rock les plus célèbres de tous les temps, Queen. Alors qu'Arte consacre un documentaire à cette icône, Puretrend revient sur le parcours d'un showman de génie.

Le rock compte des stars inégalées, chacune dans leur genre. Freddie Mercury, lui, a porté sa musique jusqu'à des contrées méconnues, faisant de Queen l'un des groupes de rock les plus avant-gardistes, distillant des shows géants aux quatre coins de la planète. Parvenant à remplir des stades, le chanteur a atteint le statut d'icône.

Vingt-trois ans après sa mort, ses tubes sont toujours inscrits au firmament. Mais la plus belle prouesse de Freddie Mercury, c'est sans aucun doute d'être parvenu à dépasser son étiquette d'icône queer, adepte de la pornstache et torse nu sur scène. Pour preuve, son titre "We Are The Champions" est devenu un hymne qui résonne dans tous les stades de foot, un milieu plus connu pour son machisme que pour son côté gay friendly.

Queen, groupe d'avant-garde

C'est bien cet universalisme qui fait de Queen un groupe à part. Les mélodies au piano, les sonates empruntées à l'opéra, la diversité de sa discographie prouve que le rock ne se résume pas à quelques riffs de guitare. Interprète à part, Freddie Mercury a atteint son objectif, celui de devenir un précurseur.

De son vrai nom, Farrokh Bulsara, il est né le 5 septembre 1946 dans l'ancien protectorat britannique de Zanzibar. Et ce n'est qu'à dix-huit ans, après des études de musique en Inde, que lui et sa famille rejoignent l'Angleterre. Pianiste de talent, il a déjà fait partie de plusieurs formations musicales lorsqu'il devient, en 1970, le chanteur du groupe Smile, signé chez Mercury Records et rebaptisé Queen par ses soins.

Freddie Mercury, le showman

Rapidement, le succès aussi bien populaire que critique est au rendez-vous. Avec des titres comme "Bohemian Rhapsody", "Don't Stop Me Know" ou encore "We Will Rock You", le groupe écrit sa légende.

Surtout, ses performances sur scène deviennent cultes. Freddie Mercury, encore rockeur aux cheveux longs et aux ongles vernis de noir dans les années 70, adopte un look queer dans les années 80, cheveux courts et pornstache.

Les tournées mondiales font un carton, classant Queen parmi les groupes capables de rassembler les foules dans les stades du monde entier. En 1985, leur prestation à Wembley lors du Live Aid est qualifiée de "plus grande performance live de tous les temps" par la BBC.

Le groupe Queen au Live Aid, en 1985 dans le stade de Wembley.

Même David Bowie, un ami du chanteur, vante les talents de performeur de Mercury. "Parmi les rockeurs les plus théâtreux, Freddie est celui qui a tout poussé plus loin que les autres (...). Il a dépassé les frontières (...). Je ne l'ai vu en concert qu'une seule fois et c'était comme on le dit, c'était vraiment un homme capable de tenir toute l'assistance dans la paume de sa main." (Rolling Stone, janvier 1992).

Une image sulfureuse

Bien sûr, l'image un brin marginale du chanteur lui a valu critiques comme fans. Dès 1974, dans une interview au New Musical Express, Freddie Mercury expliquait être "aussi gay qu'une jonquille". Bien qu'il ait connu des femmes dans sa vie (Mary Austin, demeurée l'une de ses plus proches amies, héritera d'ailleurs à sa mort de la moitié de sa fortune ainsi que de sa maison), ses relations homosexuelles défraient la chronique et lui valent des moues dégoûtées d'une partie des critiques de l'époque, qui n'hésitent pas à parler de "mode de vie dégénéré".

Blacklisté par l'ONU pour avoir joué en Afrique du Sud (pratiquant encore l'Apartheid), le groupe forge son image rebelle. Freddie Mercury, lui, cultive la discrétion. Expansif sur scène, il tait sa vie privée et ne donne que rarement des interviews. Se sachant malade du sida dès 1987, il niera longtemps ce diagnostic, avant de finalement le confirmer par voie de communiqué, quelques jours avant sa disparition, en novembre 1991.

Emporté par une pneumonie, il aura continué à écrire jusqu'à la fin de sa vie, marquée d'un brusque coup d'arrêt à seulement 45 ans. Reste des titres devenus cultes et l'image d'un artiste de légende, dont la voix comme le look sont aujourd'hui inscrits en lettres d'or dans l'histoire du rock.