Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Aymeric Caron, le mal aimé du PAF : Pourquoi personne ne l'aime ?

Tous les samedis soirs, il clashe les invités de "On n'est pas couché" sur France 2. A 42 ans, Aymeric Caron tient bon alors que le public lui montre du doigt la sortie. Tandis que Natacha Polony s'apprête à tirer sa révérence, lui compte bien rester une saison encore. Retour sur le sniper le plus mal aimé du PAF.

Pour un végétarien, Aymeric Caron a du mordant. Au point que ces dernières semaines, "On est pas couché" a viré au ring de boxe. Le journaliste se souvient de ce jour de juin 2012 où Laurent Ruquier l'a appelé, lui proposant de remplacer Audrey Pulvar. Il n'a pas hésité une seconde, rejoignant Natacha Polony. Entre eux, les choses n'ont pas été faciles, et ont même empiré. Au point d'en être mal à l'aise devant l'écran.

Après l'annonce du départ de la jolie rousse - dont le ou la remplaçant(e) ne semble pas encore trouvé(e) -, les rumeurs, nourries par Laurent Ruquier, n'ont fait que croître : se pourrait-il qu'Aymeric Caron perde sa place ? Peine perdue, l'homme s'accroche à son siège, et l'a affirmé à l'antenne de "La Nouvelle Edition" de Canal +, il sera bien là l'année prochaine. "Nous nous sommes parlés, Laurent, Catherine Barmat et moi, nous avons tous les trois envie de continuer ensemble. On s'entend très bien, l'émission marche très bien, et c'est sur cette position que nous sommes aujourd'hui".

Du reporter de guerre au flingueur de "On est pas couché"

Mais qui est vraiment celui qui passe à la moulinette les invités de Ruquier tous les samedis soirs ? Originaire de Boulogne-sur-Mer, l'homme affiche un solide CV, à des années-lumière de l'émission de divertissement qu'est "On n'est pas couché". Diplômé de l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille en 1995, il a quitté la France pour Shanghai, pendant 2 ans, et travaillé pour le studio de production radiophonique du consulat de France.

A son retour, il travaille pour TF1, LCI, France 3 et l'agence CAPA, avant de devenir reporter de guerre pour Canal +. A 28 ans, il est parachuté au Kosovo. Il enchaînera avec l'Irak (une expérience dont il a tiré un livre, "Envoyé spécial à Bagdad pendant la guerre, mars-avril 2003"), l'Afghanistan, la Côté d'Ivoire, le Congo. Etre sur le terrain, il en rêve depuis ses 12 ans et la guerre au Liban.

Mais au bout de quelques années, le travail devient trop lourd, et il retourne en France, présentant les matinales du weekend sur i>Télé et remplaçant Marc-Olivier Fogiel sur la matinale d'Europe 1 à l'été 2009. Avant de se faire repérer par Laurent Ruquier.

"Un branleur" selon Mélanchon, "un amateur" dixit Naulleau

Alors, pourquoi avec un parcours respectable comme le sien, Aymeric Caron est-il si mal aimé ? Un récent sondage conduit par Télé Loisirs indique que 73% des Français aimeraient qu'il quitte "On n'est pas couché". Assumant sa sensibilité de gauche et affichant fièrement son végétarisme (il y a consacré un livre, "No Steak"), le chroniqueur s'est rapidement illustré par des prises à partie nerveuses, parfois agressives.

Sûr de son propos, parfois suffisant, l'homme semble hautain là où sa collègue paraît plus douce et posée. Pire, les tensions de plus en plus palpables entre ces deux-là mettent mal à l'aise. Une acerbité qui finit par le desservir, lui qui essuie les critiques des invités comme du public. Mais on ne peut pas plaire à tout le monde, et Aymeric Caron ne compte pas laisser sa place. Envers et contre tous, le chroniqueur à la crinière grisonnante poursuivra son combat (contre la langue de bois).

À ne pas rater