Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Aymeric Caron : ''Laurent Ruquier m'a permis de m'épanouir''

Mal aimé du PAF, pris pour cible par Eric Naulleau (et pas que), Aymeric Caron est le poil à gratter de "On n'est pas couché", celui dont les invités craignent les questions. A Télé 7 Jours, il en dit plus sur sa relation avec Natacha Polony et Laurent Ruquier.

Chroniqueur sur le plateau de "On n'est pas couché" depuis 2 ans, Aymeric Caron joue le rôle de poil à gratter, d'inquisiteur qui oppose aux invités une argumentation souvent musclée. Tenant d'une gauche "attachée aux Droits de l'Homme", le journaliste, ex-reporter de guerre - n'aime pas caresser les gens dans le sens du poil. Ce qui ne lui vaut pas que des amis.

Mal aimé du PAF, ce végétarien convaincu n'est pas adepte de la langue de bois. Au point qu'entre lui et sa comparse, Natacha Polony, les tensions se sont faites de plus en plus vives. Obligé de s'en expliquer en interview, il s'est déjà voulu rassurant quant à leur mésentente apparente, et explique dans les pages de Télé 7 Jours qu'il "entretient des relations très cordiales" avec celle qui est sur le départ.

"Il nous arrive de dîner ensemble"

Alors, pas si fâchés finalement ? Aymeric Caron pointe du doigt le dispositif de l'émission, "qui favorise les antagonismes. Ils sont plus fréquents cette saison. Le durcissement de nos échanges reflète cette ligne de fracture qui traverse aujourd'hui la société française". Mais cela n'empêche pas les deux chroniqueurs de "dîner ensemble, après un spectacle ou une projection". Après tout, ces tensions ne serviraient-elles pas aussi les audiences de l'émission de Laurent Ruquier ?

A la question "Qui pour remplacer Natacha Polony", le journaliste laisse planer le mystère. "Je n'ai aucune idée de la personne qui succédera à Natacha. Il faudra qu'elle ait du répondant, une dose d'autodérision et l'esprit de bande. Quels que soient les partenaires qu'on me proposera, je dirai oui car ils seront forcément bons."

"Laurent Ruquier m'a permis de m'épanouir"

De son travail en tant que tel, Aymeric Caron dit retirer "beaucoup de satisfaction". Et ce malgré les critiques qu'il doit essuyer, notamment d'Eric Naulleau, anciennement à sa place dans "On n'est pas couché". "J'ai toujours eu envie, lorsque j'étais sur i>Télé ou Europe 1, d'aller au fond des choses, de pousser l'invité dans ses retranchements. Mais j'étais tenu d'afficher une neutralité. Laurent Ruquier a su déceler cette frustration. Il m'a permis de m'épanouir dans la recherche de l'information juste et la dénonciation des impostures et des manipulations".

Des origines modestes

A ce qui dénonce ses procès à charge, il cite l'exemple anglo-saxon. "En France, on n'ose pas malmener l'invité. C'est le contraire de nos voisins anglo-saxons qui peuvent poser quatre fois la même question, jusqu'à ce que l'interviewé réponde."

Idem quand on le traite de "bobo", il rappelle ses origines somme toute modeste. "Je suis né à Boulogne-sur-Mer. J'ai été à l'école dans le quartier où Franck Ribéry a grandi. Je reste attaché à mon Pas-de-Calais. Ma mère vient de prendre sa retraite. Elle a été infirmière de nuit en milieu hospitalier pendant près de quarante ans pour un salaire de misère. Mon père a terminé directeur d'école après avoir été enseignant. Quand j'étais reporter, j'ai couvert la guerre en Irak, j'ai sillonné le monde. La condition humaine, je connais".

À ne pas rater