Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Adenorah : l'interview bijoux et séduction avec Pandora

.

Ambassadrice de la nouvelle collection "Shine" de Pandora et de passage à Milan pour son lancement, Anne-Laure Mais alias Adénorah nous parle de la marque danoise, de bijoux et mais aussi de séduction...

À quand remonte ton premier souvenir bijou ?

Sûrement à mes vacances en famille dans le sud de l'Espagne. Il y avait un marché nocturne et j'avais craqué sur une bague. Ma mère me l'a offerte.

La pièce Shine qui te correspond le plus ?

Le pendentif.

Ta façon à toi de briller ?

Sans artifice !

.

En quoi Pandora matche avec ton style ?

Des bijoux fins et accessibles, c'est ce que je porte au quotidien !

La dimension éthique de Pandora était-elle importante pour toi ?

J'ai découvert cela il y a peu et clairement, ça ne me laisse pas indifférente ! D'ailleurs, j'aimerais vraiment pouvoir découvrir leurs ateliers.

Se mettre en valeur tout en instagramant un bijou, ta technique à toi ?

Une belle lumière. J'adore les lumières dorées de fin de journée pour photographier les bijoux.

Tu as lancé ta propre marque de prêt à porter, tu accordes tes bijoux avec ce que tu portes ?

Pas vraiment. Je ne quitte jamais mes bijoux donc c'est à eux de s'accorder avec tout. Je les aime simples.

.

La tendance bijoux que tu n'aurais pas imaginé porter il y a 10 ans ?

Les boucles d'oreille XXL.

Le bijou qui fait toute la différence ?

Sans hésitation, un pendentif.

Un bijou pour séduire ?

Je dirais des boucles d'oreille ou un pendentif qui arrive sur le décolleté.

La collection "Shine" est à découvrir sur le site de Pandora et pour découvrir un peu plus l'univers d'Adénorah, c'est par ici.

Propos recueillis par Amélie Cosmao.